10c7b479793df8a074812a3779c8409d48c0a92b scaled
dans ,

Carvajal crée un énorme scandale en Espagne après des propos polémiques

Par

le


Dani Carvajal, le défenseur du Real Madrid, est impliqué dans une controverse suite à des déclarations maladroites concernant l’affaire Rubiales.

En Espagne, il est actuellement difficile d’ignorer la polémique entourant le baiser non consenti de Luis Rubiales, président de la Fédération espagnole, envers la joueuse Jenni Hermoso lors de la finale de la Coupe du monde féminine. Cette affaire continue de susciter de vives réactions et reste un sujet extrêmement sensible, où le moindre incident est scruté et commenté . C’est en ce sens que Dani Carvajal a été vivement critiqué en Espagne.

Carvajal reste ambigu sur le statut de victime de Hermoso

En effet, Dani Carvajal a récemment suscité la polémique en abordant de manière maladroite le sujet de Jenni Hermoso lors d’une interview à la radio Onda Cero. Ses propos ont remis en question le statut de victime de la joueuse, ce qui a provoqué de vives réactions. Cette prise de position malheureuse de la part du défenseur du Real Madrid a alimenté les débats et a été critiquée pour son manque de sensibilité envers les questions de consentement et de respect des limites personnelles.

« Nous admettons que le comportement du président (Rubiales) était inapproprié, mais il appartiendra aux autorités de déterminer si Jenni Hermoso est une victime ou non,. Nous ne pouvons donc pas prendre position ou condamner une partie ou l’autre à l’avance sans savoir réellement ce qui s’est passé, ce qui a été stipulé, car à ce jour, elle n’a pas non plus déposé de plainte. »

Cristiano Ronaldo doit-il prendre sa retraite internationale avec le Portugal?

Carvajal clarifie ses propos sur le cas Rubielas

Toutefois, cette position divergente de Carvajal, qui contraste avec la condamnation presque unanime en Espagne, l’a amené à s’expliquer ce mercredi midi lors d’une conférence de presse avec l’équipe nationale espagnole. Au cours de cette conférence de presse, il a également abordé le communiqué conjoint de la sélection espagnole, clarifiant ainsi sa position.

« À aucun moment je n’ai dit que Jenni n’était pas la victime, j’ai dit que la présomption d’innocence devait être préservée. Je ne pense pas que le président passe un bon moment, mais je ne suis pas là pour juger qui que ce soit. Notre déclaration est très compliquée, car elle rassemble 24 opinions dans le vestiaire. Nous l’avons fait avec les meilleures intentions pour tout le monde et c’était une déclaration conforme à la situation et à ce que nous représentons. (…) Nous sommes au centre de l’attention de beaucoup de gens. Ce n’est pas un sujet agréable pour nous, j’aurais aimé qu’on ne parle que du Mondial que nous avons gagné. »

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *