Affiche pour le site 63
dans ,

Algérie : Un autre candidat de la CAN pour le poste de Sélectionneur

Par

le


La recherche d’un nouveau sélectionneur pour l’équipe nationale algérienne, les Fennecs, gagne en intensité. Suite au départ de Djamel Belmadi, une figure marquante de l’histoire footballistique de l’Algérie, la Fédération Algérienne de Football (FAF) est à la quête d’une personnalité capable de lui succéder.

À partir de jeudi, la commission spéciale formée par la FAF dévoilera une liste restreinte de candidats. Dans ce cadre, la candidature de Tom Saintfiet, précédemment à la tête de l’équipe de Gambie, se distingue par son vif intérêt pour le poste. Ce technicien belge, âgé de 50 ans, possède une solide expérience sur le continent africain. Il a mené l’équipe des Scorpions de la Gambie à une qualification historique pour la CAN et jusqu’aux quarts de finale en 2022. Malgré une élimination en phase de groupes sans remporter de points cette année, il a démontré sa capacité à développer et à exploiter au maximum le potentiel d’une équipe. Amir Abdou, dont la situation avec la Mauritanie reste floue, a également exprimé son désir d’occuper ce poste.

image 1 1

Tom Saintfiet veut diriger l’Algérie

Tom Saintfiet a clairement exprimé son désir de diriger l’équipe nationale algérienne lors d’une interview avec le journal algérien L’Expression. « Mon premier choix serait l’Algérie », a-t-il affirmé, mettant en avant son ambition de « remporter des titres avec les Verts ». Son intérêt pour le poste ne vient pas de nulle part. Saintfiet est depuis longtemps un fervent admirateur du football algérien, se remémorant avec émotion le parcours légendaire de l’équipe de 1982. « Je garde un souvenir vivace de l’aventure de cette équipe de 1982, qui a fasciné le monde entier. Les Madjer, Belloumi et les autres icônes de l’équipe algérienne », a-t-il précisé.

Lire aussi:  Mondial 2026 (Q) : Sous les yeux de Benzema, l’Algérie de Petkovic s’incline devant la Guinée

La concurrence est trop serrée

Le sélectionneur belge explore plusieurs options. « Actuellement, j’ai des propositions en Asie, où une équipe nationale souhaite m’engager pour une période significative. La Tunisie, ainsi que d’autres pays africains tels que la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Cameroun, ont également montré un intérêt », a-t-il énuméré. Cependant, c’est l’Algérie qui attire particulièrement son attention, et il est prêt à considérer sérieusement cette opportunité. Face à un tel candidat, la FAF se trouve à un moment critique. Le choix du futur entraîneur sera déterminant pour l’avenir des Fennecs, qui aspirent à retrouver stabilité et succès tant sur le plan africain qu’international, après avoir été éliminés deux fois consécutivement dès la phase de groupes de la CAN. La décision imminente, prévue dans moins de dix jours, établira la direction pour les futurs défis, y compris les qualifications pour la CAN 2025 et la Coupe du Monde 2026.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *