nouveau format pour site bi 2024 01 31T105434.774
dans ,

CAN 2023 : « Sur pénalty, c’est vraiment une pipe », quand Hakimi se faisait démolir par son ancien coach

Par

le


Lors d’une interview avec la télévision italienne après un match de l’Inter Milan contre Vérone en 2021, Antonio Conte exprimait – et c’est un euphémisme – des doutes sur la capacité d’Achraf Hakimi à être efficace lors des tirs au but.

Le défenseur latéral droit a connu un nouvel échec dans cet exercice contre l’Afrique du Sud (2-0), un manquement qui a contribué à l’élimination précoce du Maroc en huitièmes de finale de la CAN, un tournoi pour lequel ils étaient considérés comme favoris.

image 88 44

Considéré comme l’un des principaux favoris de la CAN 2024 en raison de son impressionnant parcours lors de la Coupe du Monde au Qatar, le Maroc a vu son espoir de remporter un titre, qu’il convoite depuis 1976, s’envoler. Les Lions de l’Atlas ont été éliminés (0-2) sans éclat par l’Afrique du Sud dès les huitièmes de finale mardi, marquant une autre élimination surprenante qui change la donne dans cette édition particulièrement imprévisible.

Achraf Hakimi avait l’opportunité d’égaliser dans les derniers instants du temps réglementaire, mais, tout comme lors d’un match précédent contre la Tanzanie en qualifications, le défenseur latéral du Paris Saint-Germain a tiré trop fort, voyant sa frappe s’écraser sur le poteau. Au lendemain de cette défaite marocaine, certains commentaires faits précédemment prennent un écho particulier dans le contexte actuel.

Emerse Fae doit-il continuer à la tête des Eléphants de la Côte d’Ivoire ?

« Pire que moi quand je jouais »

Les mots d’Antonio Conte pourraient être particulièrement durs à entendre pour les supporters marocains, si jamais ils se remémoraient les propos de l’entraîneur italien après un match Inter-Vérone en avril 2021. À cette époque, l’Inter Milan était en bonne voie pour remporter le Scudetto, et les commentaires de Conte concernant les performances de certains joueurs avaient fait écho.

« L’essentiel, c’est qu’il ne soit pas désigné pour tirer les penalties », avait déclaré Antonio Conte avec un sourire en coin. « Pour les coups francs, il est évident qu’il a d’importantes compétences pour frapper de loin. Mais quand je le vois s’exercer aux penalties après l’entraînement avec ses coéquipiers, je me dis que, si nous devions en arriver là dans une compétition, il faudrait que tout le monde soit hors jeu avant de laisser Hakimi tirer. Franchement, c’est vraiment une pipe, pire que moi à l’époque où je jouais… »

image 88 45

Trois ans plus tard, les deux échecs successifs d’Achraf Hakimi, international marocain, dans cet exercice avec sa sélection semblent donner raison à Antonio Conte. Cependant, le joueur du Paris Saint-Germain a également montré une grande maîtrise de soi dans une situation similaire, sous une pression intense, lors de la Coupe du Monde. Le défenseur latéral avait conclu la séance de tirs au but contre l’Espagne avec une panenka spectaculaire, offrant ainsi la qualification pour les quarts de finale à son équipe, une première dans l’histoire du Maroc à un Mondial (les Marocains atteindront les demi-finales, avant de s’incliner face à la France).

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *