dans

Okocha se confie, « C’est ce qui fait la différence entre le Nigeria et le Sénégal »

Par

le


Ancien international Nigérian Jay-Jay Okocha, a tenté de donner une explication sur le nombre impressionnant d’attaquant que comporte l’équipe du Nigeria, comparativement au Sénégal, où les défenseurs sont plus nombreux.

Taiwo Awoniyi, Emmanuel Denis, Victor Osimhen, Terem Moffi, Victor Boniface ou encore Umar Sadiq, le Nigeria a un réservoir impressionnant d’attaquants. Les Super Eagles sont reconnus pour être les plus grands producteurs d’attaquants, les uns plus talenteux que les autres. C’est un peu le contraire du Sénégal, ou là-bas, la production des défenseurs est plus d’actualité. Dans une interview accordée, la légende nigériane Jay Jay Okocha a tenté d’expliquer ce phénomène.

« Je dirai que le football fait partie de notre culture au Nigeria, lance Okocha. Et tous les enfants nigérians veulent devenir buteur. Ils veulent être remarqués. Ils ont réalisé que peut-être les milieux de terrain offensifs et les attaquants sont ceux qui sont le plus remarqués que les défenseurs. Et peut-être à cause de la nature. De plus, la façon dont nous sommes construits nous a amenés [au Nigeria] à produire beaucoup d’attaquant », a d’abord déclaré la légende nigériane.

Avant d’ajouter, « Si vous regardez un pays comme le Sénégal, je pense qu’ils ont produit plus de défenseurs que d’attaquants. Cela pourrait donc avoir quelque chose à voir avec nos gènes. Mais les supporters pourraient aussi y contribuer, car nous ne pardonnons pas aux défenseurs s’ils marquent un but contre leur camp, mais nous pouvons pardonner aux attaquants », a ainsi conclu l’ancien joueur du PSG, resté très proche de la sélection.

Emerse Fae doit-il continuer à la tête des Eléphants de la Côte d’Ivoire ?

Le Nigeria, une attaque XXL, mais souvent en panne d’inspiration

Nigeria

Le Nigeria regorge sans aucune contestation possible les meilleurs attaquants du continent africain. Victor Osimhen, en Italie, Victor Boniface en Allemagne, Terem Moffi en France ou encore Umar Sadiq, les Super Eagles ont clairement pris le pouvoir. Malgré un immense talent, les attaquants de l’équipe du Nigeria n’arrivent pas à briller lors des grands rendez-vous. Demi-finalistes lors de la CAN 2019 remportée par l’Algérie, les Super Eagles n’ont pas mieux fait lors de l’édition 2022 au Cameroun, où ils ont été éliminés en huitièmes de finale par la Tunisie. Pour la prochaine édition de Coupe d’Afrique des Nations qui arrive à grand pas, le Nigeria sera encore attendu, et ses attaquants encore plus. D’ailleurs, Victor Osimhen, élu joueur de l’année en Serie A ce lundi, a annoncé la couleur pour la compétition, « Nous avons une excellente équipe pour bien faire, je suis fier de l’équipe », a d’abord fait savoir l’intéressé sur Wazobia FM. « Nous nous battons pour l’équipe car c’est un privilège de jouer pour le Nigeria. Nous attendons de la grandeur, nous viserons le trophée, a-t-il poursuivi. Nous avons des joueurs et des dirigeants expérimentés comme Ahmed Musa, Kenneth Omeruo et Wilfred Ndidi, qui ont été utiles aux jeunes joueurs. » Le Sénégal appréciera forcément.

La solidité défensive du Sénégal

Sénégal

Si l’équipe du Nigeria compte dans son effectif les meilleurs attaquants, le Sénégal de son côté est beaucoup plus connu avec ses défenseurs, malgré la présence des stars offensives, telles que Sadio Mané, Nicolas Jackson, Ismaïla Sarr, Iliman Ndiaye ou encore Boulaye. De Edouard Mendy, a Kalidou Koulibaly, Moussa Niakhaté, Fode Ballo Touré ou encore Abodou Diallo, et même les milieux de terrain, le Sénégal comporte dans sa globalité, la meilleure équipe d’Afrique. Champions d’Afrique en titre, les Lions de la Teranga défendront leur titre en Côte-d’ivoire, lors de la 34 édition de la Coupe d’Afrique des Nations, qui aura lieu du 13 janvier au 11 février prochain. Malgré le départ de quelques cadres en Arabie Saoudite, Aliou Cissé n’est pas forcément inquiet en ce qui concerne la compétitivité de ses joueurs. Ce qui veut dire que les Lions vont tout donner pour conserver un titre chèrement acquis.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *