template 70
dans

France : « Tony Yoka avait besoin d’être aidé », le président de la ligue de boxe descend les juges

Par

le


Le président de la ligue professionnelle de boxe, Robin Dolpierre, ne comprend pas la décision des juges désignant Tony Yoka perdant lors de son dernier combat contre Ryad Merhy. Écœuré par la situation du boxeur français, l’ancien juge-arbitre n’a pas caché sa déception.

Depuis le samedi dernier, Tony Yoka fait la une des tabloïds. Opposé au boxeur belge Ryad Merhy à Roland-Garros, l’ancien champion olympique 2016 a une nouvelle fois perdu. Déjà sur deux défaites d’affilée, cette troisième défaite fait énormément jaser. Véritablement enfoncé après cette défaite, la star française de la boxe anglaise vient d’avoir le président de la ligue de boxe professionnelle française, Robin Dolpierre, volé à son secours.

France : "Tony Yoka avait besoin d'être aidé", Robin Dolpierre le président de la ligue de boxe descend les juges

« On lui a enfoncé la tête sous l’eau« 

Selon le responsable français, qui a lui-même été un ancien juge-arbitre mondial pour la WBC, les juges Ammar Sakraoui et Christophe Beaurain, qui ont accordé la victoire au Belge, tous deux sur le score de 96-94, ont enfoncé Tony Yoka dans la boue.

« C’est Dupas (le seul juge qui a déclaré Yoka vainqueur) qui a raison », affirme Dolpierre. « Yoka avait besoin d’être aidé, mais on lui a enfoncé la tête sous l’eau. Comment peut-il maintenant revenir, après trois défaites ? En Angleterre, sur un combat pareil, le boxeur local aurait eu la victoire. Quand j’ai vu Yoka presque les larmes aux yeux, après l’annonce du résultat, ça m’a fait mal au cœur. On aurait pu au moins lui donner le nul. Bien sûr, il était battu de peu. Je sais qu’il n’a pas fait grand-chose, qu’il a travaillé sur un coup. Mais en France, ça vaut un nul », a fustigé Dolpierre dans les propos relayés par L’Équipe avant d’enfoncer le clou.

Emerse Fae doit-il continuer à la tête des Eléphants de la Côte d’Ivoire ?

« on n’est pas capable d’aider un boxeur« 

France : "Tony Yoka avait besoin d'être aidé", Robin Dolpierre le président de la ligue de boxe descend les juges
Le boxeur Christian M’Billi-Assomo et Robin Dolpierre

« Quand le speaker donne le résultat, Merhy lui-même est surpris d’avoir la victoire. Combien de Français j’ai vu se faire voler à l’étranger, et ça ne gêne personne. Mais nous, on n’est pas capable d’aider un boxeur. On a peur du public, de tout. On a fait plus de mal à la boxe que si on lui avait donné la victoire. J’assume ce que je dis. Vous croyez que si le promoteur de Yoka avait été Michel Acariès – NDLR : puissant promoteur français des années 1980 à 2010 – et non pas Jérôme Abiteboul, deux juges auraient donné la victoire à Merhy ?« , a rajouté le président de la Ligue de Boxe française.

La sortie de Robin Dolpierre peut paraître assez lunaire, mais il y a une part de vérité quand on sait comment fonctionne le monde de la boxe anglaise. Récemment, Francis Ngannou était l’autre exemple qui confirme les magouilles ou arrangements dans le milieu de la boxe anglaise. Quoi qu’on dise, l’avis du responsable français reste très minoritaire quand on sait que la prestation de Tony Yoka n’était pas vraiment aboutie. Cédric Doumbé ne voit d’ailleurs pas le boxeur français comme une valeur sûre.

« Yoka sera un jour un grand champion« 

Quant à Dolpierre, pas question de voir petit pour le natif de l’île de France actuellement âgé de 31 ans, qui sera selon lui un champion dans l’avenir. « Je suis d’accord, les juges ne sont pas là pour aider. Mais Yoka sera un jour un grand champion, même si je ne sais pas quand. Et aujourd’hui, il avait besoin d’être aidé. Une défaite n’aurait rien changé pour le Belge, qui va redescendre en super-lourds-légers (-101 kg), car il dit lui-même qu’il n’est pas un vrai poids lourd. Alors, ça a servi à quoi qu’on assomme Yoka ?« , s’interroge l’ancien juge.

En tout cas, la sortie fracassante fait énormément de bruit. Reste à savoir si c’est la meilleure façon d’aider Tony Yoka à retrouver la lumière après ses déclarations incandescentes qui ne correspondent finalement pas avec la réalité des rings.

Êtes-vous d’accord avec les propos du responsable de la boxe française?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *