Voici ce qu’Osimhen a fait de son premier salaire

Le natif de Lagos qui fait aujourd’hui le bonheur du club Lillois revient de loin. Issue d’une famille modeste,il a dû bataillé pour se sortir de la pauvreté.

Lors d’une interview accordée à One Football,il est revenu sur cette période douloureuse de sa vie.

« C’était vraiment dur. Ma mère et mon père assumaient tout. On était trois garçons et quatre filles, on vivait tous dans une pièce. Mes parents avaient du mal à payer le loyer et le reste. J’étais le petit dernier, ils m’ont tous aidé. Quand ma mère est morte, j’avais 6 ans. Mon père a perdu son boulot juste derrière. C’était la fin du monde pour nous. Là d’où je viens, c’est difficile de croire en l’avenir, le quotidien est si mauvais. Personne ne peut t’aider car les gens n’ont rien. On était tous dans la survie. La seule solution, ce sont les petits boulots. À 6 ou 7 ans, il faut y aller », relate-t-il.

Lire aussi
Divers : Ronaldinho démonte la VAR

Aujourd’hui dans la lumière,il n’a pas manqué de subvenir aux besoins de sa famille qui s’est occupé de lui quand il n’avait rien.

« Quand j’ai signé à Wolsfburg, je ne me suis rien acheté pour moi avec ma prime, j’ai tout de suite acheté une maison à Lagos pour mon père. J’ai donné de l’argent à mes frères et soeurs et, aujourd’hui, tout le monde est OK dans son business. Ça me rend heureux de savoir qu’ils mangent à leur faim. Ils m’ont toujours aidé, c’est normal que je veuille changer leur vie. Aujourd’hui, ma vie est presque parfaite », a-t-il révélé.

Lire aussi
Trouver un club sur Instagram, l'idée géniale de cet ancien gardien de l'AC Milan

Qui remportera le ballon d’Or 2019 ?

La technique de Didier Drogba pour que Sadio Mané gagne le Ballon d'Or | Revue de presse ➔

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *