WhatsApp Image 2024 06 17 at 11.58.33
dans

Euro 2024 : « C’est une honte », la scène avec Ilkay Gündogan suscite l’indignation

Par

le


Lors de l’ouverture de l’Euro 2024, l’Allemagne a largement battu l’Écosse 5-1. Mais cette victoire a été entachée par un incident particulièrement violent qui a impliqué le défenseur écossais Ryan Porteous et Ilkay Gündogan.

L’Allemagne a démarré très fort l’Euro 2024 avec une victoire écrasante de 5-1 face à l’Ecosse. Mais à la 45e minute de jeu, alors que le score était déjà de 3-0 en faveur de l’Allemagne, Porteous a commis une faute extrêmement dangereuse sur le milieu de terrain allemand Ilkay Gündogan dans la surface de réparation. Le défenseur central de 25 ans a brutalement renversé son adversaire de manière très dangereuse.

Gündogan

L’ancien international anglais Chris Sutton, consultant pour la BBC, n’a pas mâché ses mots : « Cette faute ne peut pas être excusée, c’est une honte. C’est un carton rouge évident, une jambe cassée, une faute scandaleuse. On ne peut pas faire ça à n’importe quelle époque du football. Il sait ce qu’il fait, il entre si haut. », a-t-il lâché.  Robin Gosens, le défenseur allemand, a lui aussi vertement critiqué l’action de Porteous : « C’est antisportif, c’est rouge foncé. C’est de la folie. »  L’ex-capitaine de l’équipe d’Allemagne, Michael Ballack, a abondé dans le même sens : « Il prend pleinement en compte la blessure. C’est plus qu’un carton rouge. C’est un miracle qu’il se soit relevé. »

Cristiano Ronaldo doit-il prendre sa retraite internationale avec le Portugal?

Grâce à ce geste violent, l’Allemagne a bénéficié d’un penalty dans les arrêts de jeu de la première mi-temps. Kai Havertz s’est chargé de le transformer pour porter le score à 3-0 avant la pause. Malgré cette sanction, les observateurs s’accordent à dire que le rouge de Porteous était justifié. « C’est un carton rouge évident, une jambe cassée, une faute scandaleuse », a poursuivi Chris Sutton.

Gündogan stoïque face à l’agression

Malgré la violence de la faute, Ilkay Gündogan a fait preuve d’un étonnant calme après la rencontre. « Il entre certes dangereusement, mais il voulait aussi toucher le ballon, je pense. Je pense que j’ai eu de la chance et, à première vue, des ligaments solides. Il n’y a rien de cassé », a-t-il expliqué. Le milieu de terrain allemand a démontré une grande maîtrise de soi, alors que beaucoup à sa place auraient probablement réagi avec beaucoup plus de colère. Cette attitude posée tranche avec la violence de l’action commise par Porteous. Même si Gündogan s’en est sorti sans blessure grave, ce type d’action violente et incontrôlée ne devrait pas avoir sa place dans le football moderne.

Grâce à ce penalty transformé par Kai Havertz juste avant la mi-temps, l’Allemagne a pu creuser l’écart et s’imposer finalement 5-1. Mais cet épisode violent a assombri la belle victoire des hommes de Naggelsman. Au lieu de se féliciter de leur large succès et de leur prestation de haut niveau, les Allemands ont dû répondre aux questions sur cette faute choquante de Porteous.   

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *