ribery
dans ,

L’histoire déchirante des cicatrices faciales de Franck Ribéry

Par

le


Franck Ribéry s’est ouvert sur les cicatrices au visage qui lui ont donné du «  caractère  » et de la «  force  » tout au long de sa carrière dans le football.

Au cours des années passées, le joueur de 36 ans a parlé publiquement du traumatisme à plusieurs reprises et, dans une interview émouvante avec Canal + Sport l’année dernière, le joueur a révélé comment il avait géré la douleur de l’enfance.

Si vous n’avez jamais entendu l’histoire auparavant, Ribéry a subi une grave blessure à la tête dans un accident de voiture à l’âge de deux ans.

Il a été transporté d’urgence à l’hôpital et a nécessité 100 points de suture après l’accident dans sa ville natale de Boulogne-sur-Mer, en France.

Aliou Cissé doit-il quitter son poste de sélectionneur du Sénégal ?

Selon Yahoo, il ne portait pas de ceinture de sécurité, ce qui l’a fait s’écraser à travers le pare-brise du véhicule.

L'histoire déchirante des cicatrices faciales de Franck Ribéry

Tout au long de son enfance, les gens regardaient et pointaient Ribéry dans la rue, disant à quel point les cicatrices étaient «  laides  ».

Mais comme nous l’avons mentionné précédemment, l’ailier français a pris une attitude positive sur sa situation.
«Les gens disaient: » Regarde ce qu’il a sur le visage, regarde sa tête. Quelle est cette cicatrice? C’est tellement moche.  » Partout où j’allais, les gens me regardaient.  » a-t-il déclaré à Canal + Sport.

«Et pas parce que j’étais une bonne personne ou parce que je m’appelle Franck ou que j’étais un bon footballeur, mais à cause de la cicatrice.

«Ils m’ont donné du caractère et cette force. Parce que, quand tu es enfant et que tu as une cicatrice comme celle-ci, ce n’est pas facile. La façon dont les gens te voient, les commentaires – ma famille en a souffert.

« Les gens qui parlent de vous sont les parents (d’autres enfants), et c’est très cruel. Je ne suis jamais allé dans un coin et j’ai pleuré, malgré la souffrance. »

Ribéry, qui joue pour la Fiorentina de Serie A, a également affirmé dans le livre de Simon Kuper The Football Men: Up Close with the Giants of the Modern Game, que l’incident l’avait motivé à un jeune âge:

«Le problème était que j’étais assis à l’arrière et que je volais vers l’avant à l’impact.

« D’une certaine manière, cet accident m’a aidé. En tant qu’enfant, il m’a motivé. » il a dit.

« Dieu m’a donné cette différence. Les cicatrices font partie de moi, et les gens devront simplement me prendre tel que je suis. »

Une force pour Franck Ribéry

Durant son enfance, mais également lorsqu’il était footballeur professionnel, Franck Ribéry a reçu de nombreuses critiques et surnoms peu flatteurs en lien avec ces cicatrices. Il a fait le choix de les assumer comme un élément de son identité, et ainsi en tirer du positif. « C’est ça qui m’a donné ce caractère, cette force aussi », confiait-il à nos confrères de Canal +, relate France 24Et de raconter ses souvenirs : « Quand tu es jeune et que tu es marqué comme ça, ce n’est pas facile. Le regard des gens, les critiques. (…) À l’école, des parents te regardent et parlent entre eux. Ça rigole. (…) C’est méchant. Quand tu es jeune, tu souffres. Mais même quand on se moquait de moi, jamais je n’allais dans un coin pleurer. Jamais. » Cette force de caractère a permis à Franck Ribéry d’outrepasser bon nombre d’épreuves dans sa vie. L’ancien joueur de l’Équipe de France de football, souvent moqué pour ses fautes de français, est désormais un père de famille épanoui, et souhaite devenir entraîneur. Après avois pris sa retraite, Franck Ribéry a donc directement intégré le staff du championnat italien.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *