Affiche pour le site arbitre 1 1
dans ,

Arbitrage : L’aveu de la CAF sur Pierre Atcho, 50 jours après les 8es de la CAN

Par

le


La Confédération Africaine de Football (CAF) n’a pas dit son dernier mot avec l’arbitre gabonais Pierre Ghislain Atcho. Considéré comme l’arbitre le plus décrié de la CAN 2023 pour ses décisions controversées lors des huitièmes de finale entre le Sénégal et la Côte d’Ivoire, le jeune officiel est de nouveau dans les plans de l’instance de Patrice Motsepe pour la CAN 2025, un aveu fort sur la confiance mise en lui.

La CAF est plus que satisfaite de la Coupe d’Afrique des Nations 2023. De l’organisation de la Côte d’Ivoire au travail des officiels de l’instance faitière du football africain, notamment les arbitres, les choses ont été à la hauteur selon Patrice Motsepe. Vu les résultats colossaux révélés sur la compétition tout récemment, il est difficile de voir autre chose qu’une CAN réussie même si certains pays se sont sentis lésés par l’arbitrage. Justement en parlant d’arbitrage, les choses sérieuses ont déjà démarré pour la prochaine Coupe d’Afrique qui arrive. En vue de la compétition qui arrive dans un peu plus d’un an au Maroc, 65 arbitres ont été retenus dont Pierre Atcho.

La CAF maintient sa confiance en Pierre Atcho

Arbitrage : L'aveu de la CAF sur Pierre Atcho, 50 jours après les 8es de la CAN

Tout comme les éliminatoires de la CAN 2025 qui vont démarrer dans les mois à venir, la CAF a choisi ces arbitres qui vont suivre un stage de préparation. Si l’on retrouve logiquement l’arbitre de la finale de la dernière CAN, le mauritanien Dahane Bedane parmi les officiels retenus pour ce stage, l’on retrouve également les arbitres qui n’ont pas laissé de meilleures copies. On parle bien évidemment du jeune gabonais Pierre Atcho qui s’est loupé sur son dernier gros test lors d’une grande compétition. Devenu professionnel l’année dernière seulement, l’arbitre du choc Sénégal – Côte d’Ivoire, lors des huitièmes de finale de la 34è édition de la Coupe d’Afrique va avoir la chance de se rattraper.

Outre Atcho qui fait partie des préférés de la CAF (parmi les 20 meilleurs arbitres du continent), le Gabon va pouvoir compter sur l’autre arbitre central, Tanguy Mebiame et l’assistant Boris Ditsoga qui étaient aussi de l’aventure ivoirienne. Sur la liste des 65 retenus pour le stage de la CAN à venir, le Maroc a le plus d’officiels (7), l’Algérie (5), le Sénégal (3 avec Issa Sy comme seul central) tout comme la Côte d’Ivoire (3).

L’arbitrage africain en progression

Depuis plusieurs mois, les choses s’améliorent sur le continent en parlant de l’arbitrage. Avec l’avènement du VAR, les décisions scandaleuses ont drastiquement chuté, ce qui fait le bonheur de la CAF. Aujourd’hui dans le monde entier, le football africain est de plus en plus respecté à cause du travail encourageant des arbitres. Juste avant les derniers matchs de la CAN 2023, le célèbre technicien portugais, José Mourinho, a encensé le travail qui se fait sur le continent.

« J’ai regardé la CAN plus que le football européen. Ils nous apprennent simplement à être honnêtes. À la CAN, le VAR est utilisé exactement comme il devrait l’être. Ils ne l’utilisent pas pour aider les équipes qui attirent l’argent ou les équipes célèbres. C’est pourquoi vous avez vu le meilleur de chaque équipe. Parce qu’ils savent que le VAR n’est pas embauché dans les coulisses mais s’adresse à tout le monde, » a-t-il d’abord lâché avant d’appuyer dans le podcast de Rio Ferdinand.

https://twitter.com/CFCNewsReport/status/1756578677486239841

« Ils écoutent même leurs joueurs si l’arbitre a raté quelque chose et vont vérifier. En Europe, si, en tant qu’entraîneur ou joueur, je demande à un arbitre d’aller vérifier quelque chose, c’est un carton rouge pour cela. Le siège du VAR doit être à la CAF, » martèle José Mourinho. C’est clair, les quelques couacs constatés à la CAN ne remettent pas en cause tout le système arbitral africain. Il faut tout de même des améliorations à faire comme l’indiquait Aliou Cissé, le sélectionneur des Lions des Teranga du Sénégal, plus de 45 jours après la défaite amère contre les Ivoiriens.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *