noel le graet equipe de france 1
dans , ,

«Maintenant, je vais te détruire», un ancien international français dézingue Noël Le Graêt

Par

le


Mis en retrait de la présidente de FFF depuis mercredi, Noël Le Graët a pris cher après ses propos sur Zinedine Zidane. Le président qui fait l’objet de différentes polémiques (accusations, harcèlement sexuel) à la tête de la FFF depuis 2020 si l’on se rappelle de ses déclarations sur le racisme. Le Graët avait indiqué à l’époque que « le racisme n’était pas du tout présent dans le sport. » Des propos que certains joueurs à l’époque comme Patrice Evra avaient mal accueillis. Cependant, l’ancien Bleu réagit après sa nouvelle sortie sur Zidane. « Il va falloir que tu dégages. »

Evra avait tout préparé et n’attendait que ce jour pour détruire son ancien président. Dans une vidéo publiée sur Instagram, l’ancien joueur de l’équipe de France n’a pas manqué de charger Noël Le Graët. « Maintenant je vais te détruire. Ferme ton bec, en plus tu dis qu’il faut pas arrêter les matchs quand il y a des cris de singe. Donc on est de la merde ? Même le caca on le respecte plus que nous, il va falloir que tu dégages. J’ai perdu tout mon respect pour toi. Je suis pas une balance mais je suis obligé de parler. Au château, combien de lettres racistes on reçoit ? ‘Didier reprends tes singes et dégage en Afrique, barre-toi avec tes gorilles’. Combien de lettres comme ça ? On les cache mais moi j’en ai vu, on reçoit même des cartons remplis de caca », lâchait le latéral gauche.

Lire aussi:  Real Madrid : L’incroyable record de Zidane chipé par Ancelotti ?

Evra a ensuite très clairement insinué des attitudes racistes de la part de Le Graët en équipe de France : « Quand le président vient, les places attribuées changeaient. Là où il y avait Mamadou Sakho et Bacary Sagna, il fallait changer, mettre un Hugo Lloris ou un Laurent Koscielny au milieu. Mais on le savait, ce sont les règles du jeu, on est en France, on n’est pas chez nous. Les joueurs français, ne likez pas cette vidéo sinon plus de sélection. Mais on peut pas laisser passer ça en France, on n’est pas des bouffons. Mettez-moi un Arsène Wenger, des gens respectueux mais pas un calimero à deux balles qui a perdu toutes ses mèches sur son caillou. Je suis déçu Nono, peut-être qu’il a chopé le coronavirus. Je peux pas laisser passer ça. Vive la France et bonne chance. Avec des gars comme ça, on ne peut pas aller loin ».

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *