ancoletti
dans

Brésil : Le nouveau choix pour la Seleção après la prolongation d’Ancelotti à Madrid

Par

le


Le football brésilien aborde l’année 2024 sans président pour la Confédération brésilienne de football (CBF) et sans sélectionneur principal après la prolongation de Carlo Ancelotti avec le Real Madrid. Mais le Brésil aurait choisi un autre grand entraîneur Européen pour la Seleção.

Le Real Madrid a annoncé vendredi avoir prolongé Carlo Ancelotti jusqu’en 2026 et cela a contrecarré les plans de la Confédération brésilienne de football (CBF) qui souhaitait recruter l’entraîneur italien.

L’arrivée d’Ancelotti pour la mi-2024 et pour prendre le poste de sélectionneur, a été défendue par Ednaldo Rodrigues, qui a été écarté de la présidence de la CBF par décision de justice. En juillet dernier, lors de la présentation de Diniz comme sélectionneur intérimaire, Rodrigues avait déclaré que le technicien italien était certain de prendre les rênes de la Canarinha après la Copa América 2024 aux États-Unis. « Il sera là. Vous pouvez en être sûrs », avait-il déclaré aux journalistes à cette occasion, sans toutefois préciser si les parties avaient signé un pré-contrat.

Depuis sa déclaration, Rodrigues a minimisé le fait qu’Ancelotti a toujours nié le prétendu accord verbal avec la CBF.  Le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva et le sénateur et ancien footballeur Romário ont été parmi ceux qui ont élevé la voix contre l’arrivée du technicien Transalpin. Ils ont défendu les entraîneurs locaux comme Diniz et Dorival Júnior de São Paulo.

Emerse Fae doit-il continuer à la tête des Eléphants de la Côte d’Ivoire ?

Après l’échec dans le dossier Ancelotti, le Brésil fonce sur José Mourinho

La FIFA et la Confédération sud-américaine de football (Conmebol) ont déjà exprimé dans une lettre leur préoccupation concernant la crise au sein de l’instance dirigeante du football brésilien. Cependant, la prolongation du contrat de Carlo Ancelotti avec le Real Madrid jusqu’en 2026 commence à susciter les premières rumeurs sur le banc de la Seleção.

Selon Ok Dario, José Mourinho est le nouvel entraîneur choisi par le Brésil pour prendre les reines de l’équipe. De nombreuses voix s’élèvent pour dire qu’il s’agit de sa dernière saison à l’AS Roma. Et maintenant, il est même associé à l’équipe nationale brésilienne.

« Mourinho pourrait être le nouveau sélectionneur du Brésil », lâche aussi le journaliste Diego Pico dans le quotidien Marca. Pour l’instant, il ne s’agit que d’une rumeur. En effet, le Brésil se trouve dans une situation alarmante à l’approche de la prochaine Copa América. Ayant perdu Ancelotti, le Brésil n’a pas de sélectionneur et n’a pas de président.

José Mourinho et Carlo Ancelotti

En tout cas, de nombreuses voix s’élèvent dans le pays pour estimer que le nouveau sélectionneur devrait avoir la nationalité brésilienne et ne pas venir d’un pays étranger, ce qui avait d’ailleurs provoqué quelques désaccords avec la figure d’Ancelotti, qui ne traversera finalement pas l’Atlantique.

L’absence d’un sélectionneur permanent a été aggravée par l’irrégularité de la campagne des Canarinhas, qui restent sur quatre matches sans victoire dans les éliminatoires sud-américaines pour la Coupe du monde 2026. Le Brésil, après avoir fait match nul 0-0 à domicile contre le Venezuela a subi des défaites contre l’Uruguay (2-0), la Colombie (2-1) et l’Argentine (0-1). Vinicius et ses coéquipiers occupent la sixième place des éliminatoires avec sept points, à huit longueurs du leader argentin, et réalise l’une de ses pires campagnes.

La prolongation d’Ancelotti pousse Xabi Alonso au Bayern

L’ancien milieu Espagnol passé par le Bayern, Liverpool et le Real Madrid, Xabi Alonso réalise une saison exceptionnelle avec le Bayer Leverkusen, leader de la Bundesliga après 16 journées et avec quatre points d’avance sur le Bayern, qui a un match en retard. De ce fait, il commence à être lié à des clubs de haut niveau.

Selon Ok Diario, « le Bayern est proche de signer Xabi Alonso » pour la saison prochaine. Thomas Tuchel n’a pas réussi à trouver la clé lors de ses neuf premiers mois à la tête de l’équipe munichoise. Il a accumulé plusieurs déceptions et peu de joies dans toutes les compétitions, tant au niveau national qu’européen.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *