FotoJet 9
dans ,

Tacle assassin sur Gündogan : L’UEFA prend une décision radicale

Par

le


C’est l’une des images fortes de ce début d’Euro 2024. Ryan Porteous qui commet un « attentat » sur Ilkay Gündogan, l’image a rapidement fait le tour du monde. La dangerosité du geste pouvait, en réalité, stopper la compétition européenne du milieu de terrain du FC Barcelone. L’UEFA a donc dû statuer autour de ce geste.

 L’Écosse vit un véritable cauchemar dans cet Euro 2024. Le début de tournoi de la sélection britannique ne pouvait pas être plus désastreux. Opposée à l’Allemagne vendredi soir à Munich, l’équipe écossaise, fébrile en défense, a rapidement été menée 1-0 puis 2-0 après des buts de Wirtz (10e) et Musiala (19e).

Un geste fou de Ryan Porteous envers Ilkay Gündogan

Mais la formation de Steve Clarke n’en avait pas encore fini avec ses malheurs. Sur une action offensive allemande, Ryan Porteous perd sa lucidité et tacle Ilkay Gündogan au niveau de la cheville dans la surface de réparation. Le capitaine allemand se tord immédiatement de douleur. L’arbitre français Clément Turpin fait appel au VAR pour siffler penalty et surtout sanctionner le défenseur central d’un carton rouge logique.

Plus de peur que de mal pour le joueur du FC Barcelone qui s’est relevé et a disputé la deuxième période. Malgré la violence de la faute, Ilkay Gündogan a fait preuve d’un étonnant calme après la rencontre. « Il entre certes dangereusement, mais il voulait aussi toucher le ballon, je pense. J’ai eu de la chance et, à première vue, des ligaments solides. Il n’y a rien de cassé », a-t-il expliqué. Les gestes dangereux, tels que les tacles violents ou les coups intentionnels, peuvent causer des blessures graves, parfois mettant fin à la carrière d’un joueur.

Sanctionner ces comportements permet de dissuader les actions imprudentes et de protéger la santé et l’intégrité physique des joueurs. Si ces gestes dangereux ne sont pas sanctionnés, ils peuvent entraîner des réactions en chaîne et des escalades de violence sur le terrain. Le milieu de terrain allemand a démontré une grande maîtrise de soi, alors que beaucoup à sa place auraient probablement réagi avec beaucoup plus de colère.

L’UEFA punit finalement Ryan Porteous

Cette attitude posée tranche avec la violence de l’action commise par Porteous. Même si Gündogan s’en est sorti sans blessure grave, ce type d’action violente et incontrôlée ne devrait pas avoir sa place dans le football moderne. Ce tacle dangereux a tout de même provoqué l’ire de plusieurs observateurs. L’ancien international anglais Chris Sutton, consultant pour la BBC, n’a pas mâché ses mots : « Cette faute ne peut pas être excusée, c’est une honte ».

« C’est un carton rouge évident, une jambe cassée, une faute scandaleuse. On ne peut pas faire ça à n’importe quelle époque du football. Il sait ce qu’il fait, il entre si haut », a-t-il lâché. Robin Gosens, le défenseur allemand, a lui aussi vertement critiqué l’action de Porteous : « C’est antisportif, c’est rouge foncé. C’est de la folie ». L’ex-capitaine de l’équipe d’Allemagne, Michael Ballack, a abondé dans le même sens : « Il prend pleinement en compte la blessure. C’est plus qu’un carton rouge. C’est un miracle qu’il se soit relevé » .

Chris Sutton a poursuivi en disant : « C’est un carton rouge évident, une jambe cassée, une faute scandaleuse ». Un scandale qui a été rapidement évoqué par l’instance dirigeante du football européen. Concédant le penalty et laissant ses coéquipiers réduits à dix, le joueur de Watford n’est pas près de rejouer dans cette compétition. En effet, l’UEFA a décidé de le sanctionner pour deux rencontres. Il manquera les matches contre la Suisse ce mercredi et face à la Hongrie ce dimanche. Il ne rejouera uniquement en cas de qualification écossaise en huitième de finale.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *