FotoJet 2 4
dans ,

Cameroun : Les raisons folles de la dernière déclaration de Samuel Eto’o

Par

le


Samuel Eto’o est sorti du silence au milieu d’une succession de coups bas et de retournements de situation autour du football camerounais. Le président de la FECAFOOT a notamment décidé de parler via Instagram. Des vérités fortes qui ont été sorties, presque poussées dehors, par des ambitions purement politiques.

La star du football camerounais Samuel Eto’o Fils a publié hier, 13 juin 2024, une déclaration clarifiant sa position par rapport à l’élection présidentielle de 2018 et celle prévue pour 2025 au Cameroun. Celui à qui l’on prête souvent des ambitions présidentielles a réaffirmé en mondovision, après une interview accordée à un média occidental, qu’il ne se présentera pas en 2025 : « Moi, Samuel Eto’o Fils, je ne suis pas candidat à la présidence du Cameroun ».

Le calvaire fou de Samuel Eto’o

Mais combien croiront-ils cette déclaration, d’autant plus qu’un proverbe dit : « même lorsque vous dansez dans l’eau, vos ennemis diront que vous soulevez la poussière ». La mise au point de Samuel Eto’o Fils, ancien capitaine des Lions Indomptables et actuel président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), secoue les sphères sociales et politiques camerounaises, tout comme son élection en décembre 2021 à la tête du football camerounais l’avait fait.

Samuel Eto'o

Chaque semaine, son nom fait le tour des réseaux sociaux dans le monde entier. Il semble même être le Camerounais le plus recherché sur Google Trends, la personnalité camerounaise la plus recherchée sur le web. Beaucoup ont perçu son élection à la présidence de la Fécafoot comme un pas sérieux vers des postes plus élevés. L’expérience de l’ancien international George Weah, devenu Président au Liberia, est encore fraîche dans les mémoires.

Cristiano Ronaldo doit-il prendre sa retraite internationale avec le Portugal?

Ses détracteurs ne l’imaginent pas à la Confédération Africaine de Football (CAF) ou à la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), mais plutôt à la présidence de la République du Cameroun. Selon plusieurs analystes de la scène politique camerounaise, les ennuis de Samuel Eto’o ont précisément commencé lorsqu’il a été porté à la tête de la Fécafoot. Que lui reproche-t-on réellement ?

Samuel Eto’o, une menace malgré lui

L’extrait de sa publication suivante est central pour la compréhension de cette mise au point. « Oui, en 2018, j’ai voté pour le Président Paul Biya. Et je lui conserve mon soutien indéfectible. Je l’assume. Et non, je ne laisserai personne me priver de mes droits de citoyen. En ce qui me concerne, soyons clairs : la présidence de la Fecafoot n’est pas un tremplin pour accéder à la présidence de la République. Je le redis haut et fort : Moi, Samuel Eto’o Fils, je ne suis pas candidat à la présidence du Cameroun. » Samuel Eto’o Fils. Se référant à son texte, la mise au point de Samuel Eto’o Fils est mieux placée pour nous renseigner sur ce que vit chaque jour ce monsieur.

Les personnalités et leurs sbires concernés ici se reconnaissent. On parle des intempéries provoquées par des flèches venant des adversaires politiques du Président Paul Biya, des vice-dieux qui murmurent à l’oreille du Président et des prétendants au poste de Président de la République. Le contexte de plus de 42 ans de règne du Renouveau en action. En d’autres mots, c’est parce que certains croient qu’il est « présidentialisable » et qu’il est l’un des soutiens de poids au chef de l’État Paul Biya que les uns et les autres s’acharnent sur « sa modeste personne ».

Le but de ces derniers serait donc de détruire sa réputation qui, malheureusement pour eux, semble gagner en popularité chaque jour auprès de la jeunesse. Ils cherchent à saper son image pour le rendre « non présidentialisable » pour 2025. Un succès à la tête de la Fédération camerounaise de football peut renforcer sa popularité auprès des citoyens et, qui sait, préparer le terrain pour une future candidature. On a plutôt eu l’impression que le Ministre des Sports se battait pour endiguer l’avènement d’autre chose que rechercher le bien du football camerounais.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *