Gasser
dans , ,

CAN 2023 : Le remplaçant de Jean-Louis Gasset déjà désigné

Par

le


Jean-Louis Gasset n’est plus l’entraîneur de la Côte d’Ivoire. Il a été remplacé en plein tournoi par Emerse Faé, son adjoint.

Le destin de l’équipe nationale ivoirienne prend un tournant inattendu en plein milieu de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), alors que Jean-Louis Gasset, l’entraîneur des Éléphants, est écarté de son poste, mettant fin à sa mission avant la fin du tournoi.

Selon les informations exclusives du journaliste Malick Traoré, corroborées par des sources du journal Le Parisien et du média Jeune Afrique, Jean-Louis Gasset n’est plus le sélectionneur de la Côte d’Ivoire à partir de ce mercredi.

Jean-Louis Gasset débarqué en plein tournoi

 Les circonstances exactes entourant son départ restent floues, avec des sources divergentes évoquant soit une démission de Gasset, soit une décision prise par le président de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), Yacine Idriss Diallo, de mettre fin à sa mission. Malick Traoré parle d’une décision personnelle du technicien.

Aliou Cissé doit-il quitter son poste de sélectionneur du Sénégal ?

Cette décision intervient alors que l’équipe nationale est toujours en lice pour une éventuelle qualification pour les huitièmes de finale de la CAN. Le technicien français, qui était sous le feu des critiques depuis le début du tournoi, ne dirigera donc pas les Éléphants dans cette phase cruciale.

Sauf surprise, c’est l’actuel adjoint de la sélection ivoirienne, Emerse Faé, qui devrait assurer l’intérim à la tête de l’équipe. Ancien milieu de terrain passé par des clubs tels que Nantes et Nice, Faé prendra les rênes de la Côte d’Ivoire en plein milieu du tournoi, avec un éventuel huitième de finale face au Sénégal à l’horizon.

Cette décision abrupte laisse planer des interrogations sur l’avenir immédiat des Éléphants dans la compétition, tout en ouvrant une nouvelle page dans l’histoire du football ivoirien. La transition vers un nouveau leadership au sein de l’équipe nationale s’annonce cruciale, alors que les supporters attendent avec impatience la réaction de l’équipe sur le terrain.

Jean-Louis Gasset, un cauchemar

La réaction du technicien français à la défaite face à la Guinée Equatoriale montrait déjà qu’il était dépassé. « Dans la vie, il y a des matches cauchemar. On prend un but à une minute de la mi-temps sur la seule occasion de l’adversaire. On a eu la maîtrise du jeu, des occasions, des opportunités et on rentre à 0-1 à la mi-temps. Déjà c’est un peu dur », avait-il dit en conférence de presse après le match. « En deuxième mi-temps, c’est le même scénario, on est dominateurs, les occasions arrivent, les buts sont marqués puis refusés. On appelle ça le scénario catastrophe », ajoutait-il.

Jean-Louis Gasset

Sa posture ne rassurait plus au pays. La contestation contre le désormais ex entraîneur des Éléphants, a atteint des sommets alors qu’une pétition exigeant sa démission immédiate avait déjà recueilli un soutien massif, dépassant largement les attentes initiales. Lancée lundi soir, la pétition a rassemblé plus de 21 900 signatures en un temps record, montrant la frustration croissante parmi les fervents supporters du football ivoirien. Ces derniers blâment ouvertement Jean-Louis Gasset pour la situation difficile de l’équipe nationale, affirmant que le technicien français a échoué à insuffler de la joie dans le cœur de la population ivoirienne déjà accablée par les difficultés économiques.

L’indignation s’est accentuée à la suite des performances décevantes des Éléphants, les laissant au bord de l’élimination dans la course à la qualification pour les huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Les supporters estiment que le niveau de jeu actuel ne reflète pas le potentiel de l’équipe, alimentant ainsi la colère et l’appel à un changement radical.

Cependant, la pétition va au-delà de la simple démission de Jean-Louis Gasset. Les signataires exigent également le départ du président de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), Idriss Diallo. Ils reprochent à la FIF, sous la direction de Diallo, d’avoir failli à sa mission de gestion et de développement du football ivoirien.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *