Connect with us

Premier League

Comment Yaya Touré a transformé Man City !

Published

on

Huit ans après son arrivée à Manchester en provenance de Barcelone, Yaya Touré s’apprête à quitter les Sky Blues et va donc achever son cycle avec le champion d’Angleterre à Southampton. Man City, un club qu’il a marqué de son empreinte.

 

 

Il n’a pas pu s’en empêcher. Souvent dans l’extrême et la surenchère pour défendre les intérêts de son client, Dimitri Seluk a choisi Sky Sports pour sa sortie verbale que certains attendaient : « Yaya est en forme et prêt à tout afin de prouver qu’il est toujours le meilleur milieu central de Premier League. Il serait heureux d’accepter un contrat d’un an pour rester en Angleterre. Et si son futur club n’est pas satisfait de ses performances, Yaya rendra la moitié de son salaire ou le club pourra annuler son contrat immédiatement, sans compensation. »

Vrai ? Pas vrai ? Peu importe finalement, puisque l’essentiel est ailleurs : c’est officiel, Yaya Touré, en fin de contrat en juin, va donc quitter Manchester City. Il souhaite continuer à taper la balle sans déménager très loin. En parallèle, Pep Guardiola avait également confirmé la nouvelle – peu surprenante – en conférence de presse : « Yaya ne restera pas avec nous la saison prochaine. Pour le match de Brighton, on sera concentrés à la fois sur la victoire et sur Yaya. On va essayer de gagner pour lui. »

Un dernier coup d’éclat

À l’occasion de la réception de Brighton & Hove Albion, pour ce qui représentait le dernier match des Citizens à domicile en 2017-2018 – et donc le dernier match de Touré à l’Etihad Stadium –, Yaya a ainsi eu droit à sa titularisation (sa première en championnat, contre quatre en League Cup et trois en Ligue des champions). À son gros et dernier quart d’heure de gloire aux côtés de supporters qu’il aime tant (et inversement). À son hommage. À ses applaudissements. À des chansons, banderoles et dessins à sa gloire. À l’intervention du capitaine Vincent Kompany. À la surprise du frangin Kolo Touré, venu rendre visite. À sa sortie bruyante à la 86e minute. À sa victoire (3-1, buts de DaniloBernardoSilva et Fernandinho, trois passes décisives de Leroy Sané). Et même à des records : le plus grand nombre de points (97), de victoires (31) et de buts (105) en Premier League après ce succès.

 Que ces records apparaissent au moment où Touré est sur la pelouse offre une belle symbolique. Car comme le précise Guardiola, qui préfère l’homme au joueur, « Yaya est arrivé ici au début du projet. Si nous en sommes à ce niveau, c’est aussi grâce à lui. Il a été un joueur clé de Manchester City.  » Une déclaration juste, sans fausse politesse de la part du Catalan. Pour rappel, Manchester était encore une ville peinte en rouge lorsque le milieu de terrain a débarqué en 2010.

Alors récemment racheté, le club courait après un trophée depuis… 1969. Avec l’Ivoirien, titulaire indiscutable dès son arrivée, les Sky Blues se mettent rapidement au niveau des meilleurs. La première année de mariage, en 2011, est d’ailleurs fêtée par une FA Cup. Suivront un sacre en championnat en 2012, puis de multiples autres titres confirmant la nouvelle puissance de City et une rivalité avec les Red Devils réelle sur le terrain.

Le Touré fini… à City

Buteur (24 pions en 2013-2014 toutes compétitions confondues, quelle saison…), passeur (douze assists en 2013-2014 toutes compétitions confondues, quelle saison…), équilibriste, meneur, défenseur, leader, puissant, technique, polyvalent, décisif, spectaculaire, impressionnant et indispensable, parfois tout ça à la fois, Touré a longtemps illustré et porté le projet City. Et même lorsqu’un Guardiola un peu perdu en Angleterre l’a éjecté du groupe pour des raisons aussi footballistiques qu’extra-sportives, le Catalan a finalement fait marche arrière pour se servir de l’ancien du Barça comme élément de transition entre les Citizensd’hier et ceux d’aujourd’hui.

 Mais City n’a désormais plus besoin de ses vieilles cannes de 34 piges, naturellement plus lentes et plus empruntées. Mais certainement pas totalement flinguées, et qui pourraient être réactivées du côté d’Everton, Burnley ou Wolverhampton selon le tabloïd Daily Mirror. En attendant, le bonhomme devrait pouvoir enfiler le maillot citizen une ultime fois dans l’antre de Southampton. Et vu le nombre de fois qu’il l’a lavé pour que sa belle couleur soit conservée, ce serait bien mérité.

 Source: Sofoot

 

Directeur de Publication à Afrique Sports

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui