Connect with us

Série A

À l’Inter, Kwadwo Asamoah a pris une nouvelle dimension !

Published

on

Après six saisons aussi riches en titres que frustrantes, le ghanéen Kwado Asamoah a quasiment tout gagné avec la Vielle Dame avant de rejoindre cet été l’Inter de Spaletti à 29 ans. Vainqueur du championnat italien six années consécutives avec les Bianconiri, mais également de la Coupe d’Italie à quatre reprises, il a fêté l’essentiel de ses titres sur le banc ces dernières années. Une situation bien frustrante car quel que soit le prestige d’un club, on ne sens vraiment important qu’en prenant part à ses succès et ce, sur le rectangle vert. Vous verrez jamais un joueur pleinement épanouie sur un banc de touche. Doté d’une belle côte de popularité, il n’a pas trop eu de souci à trouver un nouveau club. C’est chez le géant intériste qu’il a posé ses valises avec un succès bluffant en ce début de saison.

Le moins qu’on puisse dire c’est que le succès est pour le moment au rendez-vous car son impact s’est tout de suite vu et dire qu’ils n’ont eu à débourser aucun centime, le joueur est arrivé libre. Le système de jeu lui sied parfaitement et il rend bien la confiance que lui accorde l’entraîneur. Utilisé à bon escient, Kwado est capable de se montrer décisif. La preuve ce début de saison tonitruant alors qu’on le pensait pas forcément capable de retrouver le niveau qui était le sien.

La polyvalence, sa force de toujours…

Une de ses caractéristiques les plus frappantes est sa polyvalence. L’ancien de l’Inter est à l’aise dans bon nombre de postes au sein d’un collectif pourtant nouveau pour lui. Habitué d’évoluer un cran dessus dans un rôle de milieu relayeur -poste où il a joué pendant longtemps, c’est finalement dans sa position de prédilection qu’il est utilisé avec l’Inter. Dans un rôle d’arrière gauche où il excelle le plus admirablement bien.

C’est d’ailleurs cette polyvalence qui avait fait son succès à la Juventus avant qu’une malheureuse blessure au genou (chrondropathie rotulienne) ne vienne entraver sa progression. On se souvient à l’époque en concurrence avec un certain Patrice Evra, il n’est pas parvenu à récupérer sa place dans le onze. Sa valeur marchande va drastiquement chuter dans la foulée ce qui l’a amené à reconsidérer son statut au sein de l’équipe de Massimilano Allegri. Le joueur n’étant pas décidé à quitter l’italie, qu’il a rejoint depuis bientôt dix ans. Un choix de carrière tout à fait logique car c’est un championnat et un pays qu’il connaît bien – sa famille y habite justement.

Spalletti raffole des qualités du joueur

Le coach transalpin est conscient que l’ex international a beaucoup à offrir tant son bagage technique est immense. Kwado est un arrière très athlétique aux capacités physiques colossales, à la technique irréprochable et doté d’une solide culture tactique. Mieux, il n’a rien perdu de toutes ses qualités avec l’âge. Constat implacable avec des statistiques tout bonnement ahurissantes. Il présente un total de 65% de duels gagnés ( c’est tout simplement le meilleur taux au sein de sa formation) et récupère en moyenne 1,6 ballons par match. Le tout couronné par un pourcentage de passes précises qui culmine à 85%. Au regard de ses performances, son temps de jeu est tout sauf usurpé. D’ailleurs, il fait parti des joueurs les plus utilisés par le coach. En 9 journées de championnat, il a été titularisé à 8 reprises seul Handanovic, Perisic et Politano ont pris part à plus de rencontres que le joueur de 29 ans . En ligue des champions il a aussi été précieux lors des deux premières sorties de son équipe. C’est justement lui qui débloque la situation donnant des sueurs froides à la défense londonienne, dans un match compliqué face à Tothenham, avant d’adresser un caviar à Icardi.

L’ancien de la Juventus renaît de ses cendres à l’Inter dans la peau d’un titulaire indiscutable avec un entraîneur qui lui voue une totale confiance. Pas étonnant de le revoir à un tel niveau malgré un genou qui l’a longtemps plombé. Ce retour au premier plan porte en lettres capitales la marque de Spalletti qui a su tirer le meilleur du joueur au profit des Nerazzurri (troisième de Serie A).

Birane BASSOUM

"Certaines personnes pensent que le football est une question de vie ou de mort. Je trouve ça choquant. Je peux vous assurer que c'est bien plus important que ça." Un passionné qui déverse démesurément sur la toile son amour du foot africain, mon terrain de prédilection !

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui