Connect with us

Foot Africain

ces maux qui ruinent l’arbitrage africain !

Published

on

Le métier d’arbitre sur le continent africain, n’est pas du tout aisé. Il est vrai que sur tous les continents il y a des problèmes liés à l’arbitrage, mais le cas de l’Afrique est assez flagrant. En effet, plusieurs maux frappent l’arbitrage en Afrique. il y a quelques mois, la Confédération Africaine de Football ( CAF) a pris une décision importante. Le comité disciplinaire de la structure qui régule le football sur le continent à pris la décision de radier à vie et d’infliger de très lourdes suspensions à des professionnels du sifflet qui se sont rendus coupables de favoritisme et de corruption dans l’exercice de leur fonction.  Lors de la trêve internationale, les arbitres africains se sont encore illustrés de la mauvaise des manières notamment lors des matchs Comores-Maroc et Bénin-Algérie.

Pourquoi donc l’arbitrage africain est fréquemment touché par des affaires qui n’honorent pas la réputation des arbitres du continent?

le contexte financier et les pressions de certains acteurs

L’argent est le nerf de la guerre, comme on a coutume de le dire. Il est vrai que le football brasse actuellement des milliards et de nombreuses structures footballistiques, réalise chaque année des bénéfices records. On pense notamment aux fédérations, aux ligues de football, aux clubs. Les personnes qui travaillent également pour ces structures ne se plaignent pas car ils gagnent très bien leur vie. Les arbitres par exemple qui officient dans des championnats majeurs ou des championnats qui sont assez bien structurés, ont une fiche de paie honorable. Au sein des structures footballistiques européennes, tout est régulé pour permettre l’épanouissement de tout un chacun.

En ce qui concerne l’Afrique, le constat est tout autre. On a trop souvent l’impression que le corps arbitral évolue systématiquement dans l’amateurisme. Les ligues de football, auxquelles sont rattachées les arbitres, ne sont pas assez structurés. Des pratiques pas du tout orthodoxes entravent la bonne marche de ces structures. Un arbitre Ghanéen, sous couvert de l’anonymat, a livré un témoignage au site afrik-foot.com:« L’arbitre africain n’est pas du tout respecté. Dans mon pays il est dit dans les textes que tout arbitre de niveau national doit percevoir des indemnités à chaque rencontre où il officie. Mais qu’est-ce qui se passe, la ligue de football qui doit nous restituer ces indemnités, ne le fait pas. En 5 ans de fonction, je n’ai jamais perçu d’indemnités et quand je cherche à avoir des réponses, je subis des menaces. Dans ce cas, il est très facile pour un arbitre de tomber dans la corruption car notre salaire de base ne suffit pas pour nourrir notre famille. La corruption ce n’est pas bien mais on n’a pas le choix. D’ailleurs, plusieurs d’entre nous doivent mener une autre activité en parallèle, pour joindre les deux bouts. « 

Ce témoignage est saisissant et montre comment les arbitres sont traités sur le continent. Des professionnels du sifflet, qui ont une condition de vie précaire, peuvent ainsi accepter facilement des pots-de-vin et favoriser une équipe lors d’un match. En plus des conditions financières difficiles, les arbitres du continent subissent de multiples pressions avant, pendant et après les matchs qu’ils arbitrent. Leur intégré physique n’est pas assuré et ils font l’objet de toutes sortes d’intimidations. Face à la pression, certains arbitres craquent et quand ils doivent diriger une rencontre ils sont psychologiquement marqués, ce qui conduit à de nombreuses contestations sur le terrain après des décisions litigieuses.

Lassina Paré, ancien arbitre international burkinabé, dira lors d’une interview au site en ligne lefaso.net ceci: « Les pressions dans les matchs sont fréquentes chez l’arbitre. Lorsqu’on aborde le match dans la rue, dans la presse ou dans un lieu de causerie, l’arbitre ressent toujours une sérieuse interpellation interne. Et tout ce qui se dit autour du match constitue pour lui une pression qu’il s’impose. Ensuite, il y a certains propos que les supporters tiennent à l’égard de l’arbitre quand ils savent que c’est lui qui officie le match. J’en veux pour preuves certains propos de supporters comme ceux-ci : « Si c’est toi qui dirigera notre match, il faut te comporter bien sinon …. Que peut-on te donner pour gagner le match ? » Oui, j’ai subi des pressions plusieurs fois à des matchs internationaux. Consciemment ou inconsciemment, certains responsables de clubs, de sélections nationales et même des structures de football du continent, vous abordent avec des propos très gênants. Faut-il les suivre dans leur logique ou non ? Je pense que non. »

Ainsi, sur le continent africain, les arbitres doivent faire face à de nombreuses difficultés, qui les empêchent de faire correctement leur travail. Les moyens financiers ne suivent généralement pas, ce qui les rend très vulnérables. Face à des conditions de vie assez précaires, ils succombent très vite aux sirènes de la corruption. Les diverses contraintes, sur et en dehors du terrain, influencent leurs décisions pendant des rencontres. Tous ces facteurs réunis, montrent que les arbitres du continent ont constamment une épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes. Cependant, malgré ces nombreux problèmes, des arbitres arrivent à mener dans la transparence leurs fonctions. Toutefois, ils ne sont pas à l’abri car ils peuvent basculer à tout moment du mauvais côté. C’est là, que la CAF doit intervenir pour mettre en place un mécanisme qui permettra aux arbitres du continent d’avoir une grille salariale respectable. Cette grille devra ensuite être imposée à toutes les ligues continentales. La CAF, devra aussi veiller à la mise en application de ce mécanisme, sous peine de sanction. Des dispositions doivent également être prises afin d’assurer la sécurité des professionnels du sifflet, afin qu’ils soient dans les meilleures conditions pour officier les différents matchs.

Je suis un grand féru de sport. J'aime commenter et analyser l'actualité sportive. Je souhaite apporter ma modeste contribution, afin que nous réussissions à transmettre la fibre sportive à un maximum de personnes. Mon sportif de légende, Lance Armstrong

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui