De menuisier à une possible CAN 2019 : le fabuleux destin de Wonlo Coulibaly !

Il n’est jamais trop tard pour réaliser son rêve : demandez plutôt à Wonlo Coulibaly. Le défenseur ivoirien a découvert la sélection nationale cette année, alors que les événements le prédestinaient à la menuiserie. Depuis bientôt quelques mois, la carrière du joueur n’a cessé de connaître une progression fulgurante au point de bousculer la hiérarchie établie chez les éléphants. Avec le forfait de son coéquipier à l’ASEC Mimosa, Abdoul Cissé Karim, Wonlo sera probablement un des deux seuls représentants du championnat ivoirien à la CAN 2019.

Le défenseur de 27 ans, couronné meilleur joueur du championnat de la saison écoulée, vient de très loin.

Un destin de footballeur professionnel…

Le géant aux capacités athlétiques hors du commun se raconte en évoquant notamment le refus de ses parents lorsqu’il a décidé de tout plaquer pour s’adonner à la menuiserie. Il était alors en classe de 6e, s’accrochant à quelque chose à défaut d’accomplir son rêve de devenir footballeur professionnel, difficilement réalisable à l’époque. Puis sa carrière atypique a connu une incroyable ascension au point de devenir une des figures du championnat local. En effet, arrivé sur la pointe des pieds à l’ASEC, Coulibaly a réussi à s’imposer comme un des maillons essentiels de sa formation. Techniquement très à l’aise avec le ballon pour sa taille, ce sont ses qualités athlétiques et sa clairvoyance dans le jeu qui séduisent le plus. Outre ses capacités, Coulibaly est le défenseur que tous les entraîneurs aimeraient avoir dans leur effectif. Capable de jouer axial comme latéral gauche, il est quasi infranchissable.

Élu meilleur joueur de la MTN Ligue par ses pairs, il confirme tout le bien qu’on pense de lui. C’est naturellement fort de ce nouveau statut qu’il a intégré la sélection ivoirienne en mars en marge d’une rencontre face au Rwanda. Une progression qui s’est confirmée par sa présence dans les 27 de Kamara.

Cependant, il ne sera pas de la partie en vue de la rencontre des ivoiriens face aux Comores ce 07 juin. Une absence qui s’explique par des problèmes d’ordre administratif. Pourvu que cela n’affecte en rien sa probable participation à la CAN en Egype car l’histoire était déjà très belle. Une histoire qui délivre une belle leçon de vie, car à force de courage et d’abnégation, le rêve est toujours permis. Wonlo Coulibaly en est l’exemple le plus éloquent !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *