Connect with us

Foot Africain

Que faisait Seydou Keita à 18 ans ?

Published

on

Il est sans nul doute la plus grande star du football malien ces dernières années. Passé notamment par le FC Barcelone et l’AS Roma, Seydou Keita a remporté pas moins de 17 titres tout au long de sa riche carrière. Un palmarès impressionnant qui fait de lui le joueur malien le plus titré de l’histoire. Issue d’une famille de footballeur, le jeune Keita s’est vite épris du ballon rond et à 17 ans déjà, il était considéré comme un phénomène mondial du football.

Formé au centre Salif Keita, un club qui porte le nom de son oncle, Seydou Keita s’est vite fait un nom à Bamako. Et comme tout surdoué, ses qualités indéniables ont rapidement dépassé les frontières nationales. Bon sang ne saurait mentir, tout Mali voyait en lui le digne successeur de Salif Keita. Alors que plusieurs clubs français étaits prêt à accueillir le jeune phénomène, c’est Marseille qui raffle finalement la mise. La pépite rejoint ainsi la réserve du club phocéen à l’aube de ses 18 ans.

Surclassé en équipe nationale, Keita dispute une coupe du monde des moins de 20 ans au Nigéria et malgré son jeune âge, il est élu meilleur joueur de la compétition devant Ronaldinho et Franck Lampard. Au sortir de ce mondial fort réussi, le malien commence à attiser les convoitises de plus grands clubs européens qui voyaient en lui un talent en devenir. Il choisit néanmoins de poursuivre l’aventure du côté de la canebière pour ne pas brûler les étapes.

Lorient puis Lens et après Seville, la carrière de Seydou Keita aura connu son apogée en Catalagne. Alors 12e homme, d’une des équipes les plus spectaculaires de tous les temps, le FC Barcelone de Pep Guardiola, Seydou Keita étoffe son armoire à trophée et remporte en 2009 un sextuplé inédit avec le club catalan. Si le football peut être parfois génétique, le talent lui a ses propres caractéristiques et c’est seulement à force de volonté et de courage qu’on en fait bon usage. Seydou Keita l’a compris très tôt et aujourd’hui, après avoir une brillante carrière couronnée de succès, il se la coule douce dans un pré-retraite dorée au Qatar.

Ghaly Wane 

Le football est universel. En Europe comme en Afrique et partout ailleurs dans le monde entier, c'est plus qu'un sport, c'est une religion qui est pleinement vécue et pratiquée par de nombreux jeunes amateurs. Que ce soit sur les rectangles verts des stades européens ou sur les terrains sinueux des campagnes africaines, au bout du compte, il n’y a que le décor qui change mais le spectacle et les émotions que procure le football restent les mêmes. De là même manière où on peut s'émerveiller devant un extérieur du pied de Modric, une tête en lévitation de Ronaldo où une frappe fouettée caressée de Messi, un tiki taka dans une banlieue dakaroise au Sénégal peut également trouver grâce à nos yeux. Et c'est là toute la beauté de ce sport, le meilleur incontestablement. 

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui