Feindouno : «Bordeaux m’a enseigné la tactique, la technique c’est dans les rues de Conakry »

Ceux qui ont fait l’histoire du football africain ont tous commencé dans les rues. De Roger Milla, à Antoine Bell et Samuel Eto’o en passant par Didier Drogba, ils ont été des champions dans le football de rue avant de se prendre au sérieux.

L’ancienne star guinéenne, Pascal Feindouno n’a pas connu une enfance outre que celle-là. L’ancien de l’ASSE raconte l’émouvante histoire de son enfance à Conakry où il s’est fait opérer pour la première fois à 15 ans à cause du football de rue dans les quartiers de la capitale Guinéenne.

« Je suis resté en Guinée jusqu’à mes 15 ans, et à Conakry, tu devais apprendre le foot sur des terrains presque impraticables. Enfin, des terrains… C’est une manière de parler, hein. Les gens bloquaient la route avec des gros cailloux, ils se mettaient autour de nous et le tournoi pouvait commencer! Les arbitres étaient choisis avant le match, et ils avaient souvent de l’argent dans la poche… À leurs yeux, il n’y avait jamais faute: Un tacle à la hauteur du torse, ce n’était rien… J’ai encore la cicatrice d’un coup de genou que j’ai reçu dans le thorax, j’avais dû aller à l’hôpital pour être opéré en urgence. Il y a aussi des « missionnaires ». C’est un type qui te harcèle tout un match. Il te donne des coups, te parle à l’oreille et te surveille même lorsque tu vas pisser. C’est normal à Conakry, mais pour me sortir de ces situations difficiles, j’avais une botte secrète: le contrôle orienté. La technique, tu l’apprends dans la rue. Ce que l’on m’a enseigné au centre de formation des Girondins,  c’est juste la tactique »  

Graeme Souness s’en prend à Mohamed Salah… Hakim Ziyech débute avec Chelsea | Matinale