Connect with us

Mondial 2018

Coupe du monde : l’équipe type des éliminés du 1er tour

Published

on

Plusieurs grands joueurs ne verront pas les 8es de finale du Mondial en Russie, leur pays ayant été éliminé lors de la phase de groupes. En voici une équipe-type. Précision : l’Allemagne n’a pas été prise en compte.

 

Gardien

Keylor Navas (Costa Rica)
Impossible d’imputer l’élimination du Costa Rica à son gardien. Le triple vainqueur de la C1 avec le Real Madrid a multiplié les parades face à la Serbie (0-1), puis contre le Brésil (0-2). En vain. Si le quart finaliste du précédent Mondial a quitté la compétition dès le premier tour, Keylor Navas a, une nouvelle fois, brillé.

Défenseurs centraux

Mehdi Benatia (Maroc)
Le défenseur marocain ne s’est pas particulièrement mis en évidence lors des deux matches qu’il a disputés dans ce Mondial, terminés par une défaite (0-1 contre l’Iran, 0-1 face au Portugal). Mais Benatia ne peut rien sur les buts encaissés par les Lions de l’Atlas et reste un joueur de classe international.

Kalidou Koulibaly (Sénégal)
Le joueur de Naples est rentré au pays après une claque terrible : le Sénégal a été sorti en raison d’un plus grand nombre de cartons jaunes reçus que le Japon ! Le pire, pour le défenseur, est sans doute le fait qu’il puisse aussi s’en vouloir : c’est parce qu’il lui a échappé au marquage que le Colombien Mina a pu marquer lors du dernier match de groupes (0-1) et précipiter l’élimination des Lions de la Téranga.

Latéraux

Victor Moses (Nigeria)
Certes, l’ancien milieu offensif évolue désormais davantage comme piston droit, et n’est donc pas un pur latéral. Mais Moses a fait mal, très mal à ses différents adversaires lors de la phase de groupes par sa vitesse et sa technique. Et son penalty transformé contre l’Argentine a failli coûter la qualification à l’Albiceleste.

Aleksandar Kolarov (Serbie)
Son magnifique coup franc face au Costa Rica n’a finalement servi à rien, malgré la victoire qui en a découlé pour la Serbie lors de l’entrée en lice dans la compétition (1-0). Mais Kolarov, par son sens du placement et sa technique, est l’un des meilleures latéraux gauche du monde. A 32 ans, il a peut-être disputé sa dernière Coupe du monde.

football formations

Milieux récupérateurs

Sergej Milinkovic-Savic (Serbie)
Il aurait pu confirmer lors de ce Mondial toutes les attentes placées en lui, qui en font un des joueurs les plus courtisés de l’été. Mais le milieu de la Lazio, hormis le match d’ouverture face au Costa Rica, a peiné pour se mettre en évidence.

Nemanja Matic (Serbie)
A 29 ans, le milieu a encore la possibilité de disputer une autre Coupe du monde. Mais avec son expérience et son habitude des grands événements, il aurait dû empêcher la faillite fatale de la seconde période contre la Suisse (1-2) et n’a pas brillé ensuite face au Brésil.

Milieux offensifs

Mohamed Salah (Egypte)
Sa blessure en finale de la finale de la C1 lui a fait du mal ainsi qu’à son pays. Battue dans les tout derniers instants par l’Uruguay (0-1), l’Egypte aurait-elle fait mieux avec sa star, alors pas encore rétablie ? Buteur sur penalty contre la Russie (1-3) puis sur un lob face à l’Arabie saoudite (1-2), Salah n’a pu renverser la situation et empêcher les trois défaites en autant de matches de l’Egypte. De plus, il très mal vécu la compétition, s’estimant trahi par sa Fédération.

Heung-min son (Corée du Sud)
Le milieu offensif coréen a encore montré l’étendu de son talent durant le Mondial russe. Auteur d’un superbe but contre le Mexique (1-2), il a mis définitivement un terme aux espoirs de qualification allemande en marquant sur un contre en toute fin de rencontre (2-0, 90e+6).

Sadio Mané (Sénégal)
L’attaquant phare de Liverpool n’a pas su marquer l’épreuve, malgré son but chanceux inscrit face au Japon (2-2). Avec une seule réalisation, aucune passe décisive, et un manque de poids offensif durant la compétition, Sadio Mané n’est pas parvenu à faire honneur à son statut.

Attaquant de pointe

Robert Lewandowski (Pologne)
Incapable de peser lors des trois rencontres de sa sélection, l’attaquant du Bayern Munich a été l’une des grandes déceptions de cette Coupe du monde, durant laquelle il n’a pas hésité à critiquer ses coéquipiers. « Lewi » devait porter l’offensive pour la Pologne. Il a été inoffensif.

l’ÉQUIPE

Directeur de Publication à Afrique Sports

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisement

Les + lus aujourd'hui